Chargement...
Avions

La naissance de l’aviation de brousse

Au printemps de 1919, L’ingénieur forestier en chef, Ellwood Wilson propose d’utiliser l’aviation pour la détection des feux de forêt. 

Photo: Collection Aérovision.



Au printemps de 1919, les forêts du Québec sont ravagées par les feux. Cette situation préoccupe la St-Maurice Forest Protective Association. Cette association est formée de six grandes papetières, sous la direction de la Laurentide Pulp & Paper Company de Grand-Mère. L’ingénieur forestier en chef, Ellwood Wilson propose d’utiliser l’aviation pour la détection des feux de forêt. Avec l’aide du gouvernement canadien, l’association se procure deux hydravions à coque Curtiss HS-2L, provenant du surplus de l’aéronavale américaine.

Stuart Graham, de retour de la guerre comme pilote au sein de la Royal Air Force, est embauché pour piloter les avions d’Halifax jusqu’à la base de l’association située au Lac-à-la-Tortue, près de Grand-Mère. Graham recrute Walter « Bill » Kahre comme mécanicien et copilote des avions. La femme de Graham, Madge, est la navigatrice attitrée. À leur arrivée à Halifax, ils inspectent les avions. Après trois jours de préparation, ils décollent le 5 juin 1919.  Le premier appareil est baptisé « La vigilance », pour souligner le type de mission qui sera opérée. Après quelques escales, l’hydravion amerrit au Lac-à-la-Tortue. Peu avant cet amerrissage, l’équipage lance des feuillets du haut des airs pour sensibiliser la population aux dangers des feux de forêt. Ils retournent à Halifax quelques jours plus tard pour rapatrier le second hydravion.

hydravion La vigilenceLes opérations en vol débutent à la fin de juin. Le 7 juillet, pour la première fois au Canada, un incendie de forêt est détecté en vol par Stuart Graham. C’est aussi une première mondiale. Un autre travail pour l’avion et son pilote est l’utilisation de la photographie aérienne au profit de l’industrie des pâtes et papiers. Au terme de l’été 1919, Stuart Graham a réalisé 57 vols totalisant 80 heures. La nouvelle commission de l’air du Canada affirme alors que l’utilisation de ces avions est la première du genre pour l’aviation civile au Canada. L’année suivante, 34 feux de forêt sont détectés par Graham, toujours seul pilote de l’association. Le 22 juillet, un des hydravions est utilisé pour la première fois au Canada pour la reconnaissance de sites miniers. La saison 1920 générera 70 vols pour un total de 150 heures. La papetière Laurentide Pulp & Paper continuera ses activités pendant plusieurs années, créant par la même occasion Laurentide Air Service. C’est la première entreprise du genre au Canada et elle établit ainsi les bases traditionnelles du vol de brousse, toujours en utilisant le HS-2L. La « Vigilance », maintenant immatriculé G-CAAC, s’écrase le 2 septembre 1929, près d’un lac situé non loin de Kapuskasing en Ontario. Les restes du premier avion de brousse canadien seront récupérés du lac en 1969 et sont maintenant exposés au musée national de l’aviation à Ottawa.

Laisser un commentaire