Chargement...
Dossier

La famille et l’aviation.

Dans ma famille, l’Aviation c’est un mode de vie! Photo: Isabelle Landry

Hydravion MauleJ’ai eu la chance depuis ma tendre jeunesse d’être initié au monde de l’Aviation privée, et ce, depuis les années ’80.  Aujourd’hui c’est moi qui initie mes deux filles, Anne-Sofie et Marie-Noëlle, à ce loisir hors du commun. Un déplacement en avion est chez nous un élément aussi « normal » que peut l’être une randonnée en voiture pour aller chercher une pinte de lait.  Voici donc mes trucs pour concilier Aviation et famille.  Photo: Jean-François Charette

Trouver des destinations qui sauront plaire à vos jeunes et à votre épouse :

Si vous vous arrêtez à y penser, il y a quand même un certain nombre de destinations que l’on pourrait considérer comme familiales, notamment :

  • Les RVA d’hiver comme le Lac William, ou le Lac Labelle; http://www.flickr.com/photos/djipibi/sets/72157623444421387/);
  • Le festival international des Montgolfières de St-Jean-sur-Richelieu ou de Gatineau (http://www.montgolfieres.com/index.php/fr);
  • Une promenade à l’Île aux Coudres (http://www.tourismeisleauxcoudres.com/);
  • Une visite de la parenté qui reste en dehors de votre région;
  • Une virée en amoureux dans une autre ville;
  • Aller « bruncher » dans un restaurant d’aéroport (Trois-Rivière, St-Hyacinthe, Lachute, Lac-à-la-Tortue, pour ne nommer que ceux-là);
  • Organiser une journée style « Jeunes en vol », avec votre parenté et vos amis;
  • Pique-niquer sur une plage ou sur le bout d’un quai;
  • Visiter le Musée de l’Aviation et de l’Espace du Canada, à l’aéroport Rockcliffe;

L’idée, c’est de les habituer tranquillement, pas vite, en fixant des buts pour chacune des sorties, chacune des destinations.

Prendre soin de nos petits passagers :

Les enfants et l'aviationLes passagers à bord peuvent parfois avoir le cœur fragile.  Certains(es) sont malheureusement aux prises avec le « Mal des Transports ».  Nausées, vomissements, maux d’oreilles sont autant de malaises qui peuvent venir gâcher le plaisir en famille.  Il existe de nombreux trucs pour éviter ces désagréments, dont certaines médications comme le gravol. Néanmoins, pour ma part, le fait de faire participer la personne, de lui faire mettre les mains sur les commandes, va souvent être un remède efficace et leur changer les idées.  Par ailleurs, si comme moi, vous êtes chanceux et que personne de votre famille n’a l’habitude d’être malade à bord, adoptez l’approche suivante qui vise à rendre le vol plus agréable:

  • En aucun cas vous placer dans des situations qui pourraient leur faire peur;
  • Éviter les virages, taux de montées ou de descentes trop raides;
  • Leur faire mâcher de la gomme pour leur faire déboucher les oreilles;
  • Choisir vos conditions météo, par exemple, éviter les heures du midi où il y a souvent plus de turbulences;
  • Favoriser des vols en début ou en fin de journée, habituellement plus calme;
  • Installer les jeunes enfants dans leurs sièges d’appoint.  Ainsi, ils verront beaucoup mieux et seront plus confortables s’ils tombent endormis;
  • Leur fournir des écouteurs à leur taille;
  • Leur faire écouter de la musique;
  • Les faire participer autant que possible au vol (navigation, préparation de l’avion, communications radio, etc.);
  • Faire voler régulièrement les enfants.  Ne pas laisser passer des mois entre deux vols.

Un sport dispendieux… la modération à parfois bien meilleur goût.

Le pilotage d’aéronef est un loisir que l’on pourrait qualifier, sans trop exagérer, de très onéreux. Il est facile de se perdre dans l’excès.  J’ai vu certaines personnes allées aussi loin dans leur dépendance au pilotage, que de se mettre pratiquement dans la rue et de tout abandonner. Rappelez-vous que c’est une drogue de voler…  Alors, pour éviter la dépendance, il faut  savoir se modérer, se raisonner.  Au fil du temps, j’ai aussi été forcé de constater que quand il fait beau pour voler, il fait aussi beau pour faire du camping, du bateau, du vélo, de la moto, etc.

Ce qu’il faut retenir…

L'aviation et la famille.En famille, chacun et chacune a ses champs d’intérêt favoris.  Si on veut que ça fonctionne, il faut mettre de l’eau dans son vin et faire des compromis.  En tant que pilote, si on veut transmettre cette passion du vol, assurer une relève un jour et partager ce loisir en famille, il faut être patient et prendre soin de nos passagers pour rendre la chose agréable.  À long terme, je vous le dis ça vaut la peine.

Laisser un commentaire