Chargement...
Observation (Spotting)

Il y a 82 ans, le R-100 visitait l’aéroport de St-Hubert.

Le dirigeable R-100

Le légendaire R-100 est venu s’amarrer au grand mât de l’aéroport de Saint-Hubert le 1er août 1930. Photo: Collection privé de Marc-André Valiquette

Cela fait déjà 81 ans que le légendaire R-100 est venu s’amarrer au grand mât de l’aéroport de Saint-Hubert. C’était le 1er août 1930. À la fin des années vingt, seulement quelques pionniers avaient traversé l’océan Atlantique en avion. Le dirigeable était alors considéré comme le seul moyen de transport pouvant transporter une quantité appréciable de passagers sur de grandes distances.

Le gouvernement britannique de l’époque fit construire deux grands dirigeables pour réaliser ce rêve, le R-100 et le R-101. Construis par Vickers, le R-100 avait une longueur de 695 pieds (212 m), trois fois celle d’un Boeing 747. Au Canada, l’aéroport de St-Hubert (situé près de Montréal) ainsi qu’un mât d’amarrage d’une hauteur de 205 pieds (62,5 m) furent construits spécifiquement pour recevoir ces dirigeables. Au mois d’août 1930, le R-100 effectua une visite de treize jours au pays. Des vols locaux vers Ottawa et Toronto eurent lieu. Plus de 600,000 visiteurs affluèrent durant cette période pour jeter un regard sur le dirigeable. Des cartes postales, programmes souvenirs, macarons, jouets, disques furent vendus sur place pour commémorer l’évènement.

Malheureusement, au mois d’octobre suivant, le dirigeable R-101 en route vers les Indes, s’écrasa près de Beauvais en France. Cette tragédie signifia la fin de l’ère des dirigeables pour le gouvernement britannique. Le R-100 n’effectua plus aucun vol et fut détruit l’année suivante. Le mât de St-Hubert n’ayant plus aucune utilité fut lui aussi démoli quelques années plus tard.

Les vestiges du R-100 à CYHU

Laisser un commentaire