Chargement...
Parachutisme

Un homme tentera de sauter de plus de 110,000 pieds d’altitude!

Le saut de la mort? Quatre nouveaux records mondiaux en l’espace de quelques secondes, Félix Baumgartner veut franchir le mur du son en chute libre dans une combinaison spécialement étudiée afin de prouver qu’il est possible pour un astronaute de s’échapper de son vaisseau. Son saut historique devrait se produire cette année.Photo: Red Bull

Êtes-vous de ceux qui renferment la frousse au creux de vous-même à l’idée de sauter pieds joints dans le vide? Alors fort probablement qu’à la suite de cet article, jamais vous n’oserez avoir une lueur de frousse quant à cette idée en lisant ce qui suit : le défi de Felix Baumgartner, célèbre parachutiste.

Célèbre parachutiste, mais également reconnu mondialement pour ses sauts en tant que B.A.S.E. jumper*. Il eut donc la folle idée de se lancer à plus de 110,000 pieds d’altitude! Oui oui, c’est bel et bien un bain de bleu cobalt, à plus de 110,000 pieds dans lequel notre ami veut se mouiller. La nouvelle nous a été communiquée par les forums mexicains de FSMex.com qui ont déniché le tout depuis le site de M. Baumgartner. Autrichiens dans la quarantaine, on ne peut nier que le vent souffle dans ses voiles!

Ce saut accrochera au passage un ancien record détenu par un certain Joseph Kittinger (102,800 pieds), trépidant colonel de l’armée de l’air Américaine. **

Felix et son équipe travaillent ardemment sur ce projet financé par Red Bull dans le cadre du Red Bull Stratos: Mission to the Edge of Space. « Ce n’est pas un projet pour tenter de rompre le record du monde » affirme-t-il « mais bien pour étudier le comportement humain à l’égard des conditions de haute altitude ».

Vous pouvez suivre l’évolution du projet sur son Facebook.  En parlant de records, les records à battre pendant ce saut figurent:

  1. Altitude record pour la chute libre;
  2. Distance record pour la plus longue chute libre;
  3. Record de vitesse en brisant le mur du son avec le corps humain;
  4.  Record du plus haut vol en ballon transportant un homme.

Depuis déjà dix ans Felix Baumgartner accumule les records. Parmi ces derniers, on compte celui du plus petit saut en B.A.S.E. jump à Rio de Janeiro – à partir de la Statue du Christ (95 pieds) -, du plus haut saut en B.A.S.E. jump à Kuala Lumpur – à partir des tours Petronas (1,479 pieds) – ainsi que du premier à tomber le long de la Manche entre Dover et Calais.

En 2006, il obtient sa licence de pilotage d’hélicoptère, et en 2007 brise son propre record du plus haut saut en B.A.S.E. jump à Taipei – à partir du 101 Taipei (1,670 pieds). Et tout cela, sans compter les nombreux concours auxquels il participe annuellement, les nominations auxquelles il figure ainsi que les prix qu’il a reçus pendant plus d’une dizaine d’années. Avec cet appétit des records, on peut en déduire qu’il n’en restera pas coi à l’idée de rompre (encore) des records.

À l’Académie des Sciences de New York, l’équipe est formée. Kittinger, Baumgartner, Art Johnson, directeur technique et Jonathan Clark, directeur médical. Depuis 2005 déjà, l’équipe s’affaire à la tâche. ‘’Il s’agit de faire monter Felix dans un globe aérostatique jusqu’à une certaine altitude, et de cette altitude, il sautera’’ a informé la presse Art Johnson.

Bien évidemment, il sera accompagné de médecins suite à son aventure. D’emblée, des sources d’oxygène seront disponibles durant sa montée afin d’assurer sa respiration. Aucune source certaine n’a encore divulgué l’altitude à laquelle l’ouverture du parachute s’effectuera, ni si des risques d’incendie seront présents lorsqu’il franchira la barrière du son.

Pour conclure, je tiens à mentionner qu’un saut normal, en parachute, s’effectue à une altitude de plus ou moins dix mille pieds. Pour l’instant, Cielquébécois.com restera branché quant à de plus amples informations à propos de son saut. En ce qui a trait à une date ou à un lieu, aucune de ces informations n’est disponible pour le moment. La nouvelle ainsi que ces informations sortiront sur le fil de presse lorsqu’il sera les deux pieds sur terre avec un bon remontant, et ce, par crainte d’être arrêté avant le saut par les autorités internationales.

*B.A.S.E. est l’acronyme pour Buildings, Antenna, Span et Earth.

**Durant la fin des années cinquante et le début des années soixante, il exécutera une série de trois sauts à haute altitude pour le compte de la NASA dans le cadre du «Project Excelsior).

Laisser un commentaire