Le Canadian Vickers Vedette.

par Ciel Québécois

20 avril 2011

Avec l’hydravion Vedette, Vickers fut la première compagnie canadienne à produire des avions à une échelle commerciale. Photo: Aviation Royal Canadien

Canadian Vickers est formé en 1911 à Montréal. La division de Vickers (Angleterre) conçoit des bateaux pour le gouvernement canadien. En 1920, la division aérienne est formée. Elle est ainsi la première compagnie canadienne à produire des avions à une échelle commerciale. Cette division est structurée selon deux créneaux : la fabrication d’appareils sous licence et la création de modèles originaux.  En 1924, le Corps d’Aviation Royal Canadien (RCAF) signe un contrat avec la compagnie pour la conception et la fabrication de l’hydravion Vedette.

L’avion est conçu pour répondre spécifiquement aux conditions de vols rencontrés au Canada. Il doit aussi rencontrer les normes du CARC qui requiert un avion capable de faire de la surveillance aérienne et le contrôle de protection des forêts.  C’est une première au Canada. Dès sa mise en service en 1925, le Vedette devient un avion populaire, autant pour l’aviation civile que pour le CARC. Cinq versions seront construites, dont deux amphibies. Au total, 60 exemplaires sortiront des usines de Canadian Vickers (dont 44 pour le CARC). Le Vedette aura une très longue carrière avec le CARC, celle-ci se terminant en 1941.

Avec ce projet, Canadian Vickers démontre ses capacités de concepteur. Le Vedette sera ainsi suivie par une multitude de nouveaux projets qui s’étalonneront au cours des vingt prochaines années. Au début de la Seconde Guerre mondiale, Vickers reçoit du gouvernement canadien un contrat pour fabriquer des hydravions PBY-5A Canso. Une nouvelle usine est construite à l’aéroport de Cartierville et la division aérienne de Vickers s’y établit. Cependant, les contraintes de la guerre et la poursuite d’autres contrats forcent la compagnie à se départir de sa division en 1944. Canadair est alors créé pour continuer la fabrication du Canso.

© Ciel Québécois.
Tous droits réservés.