Chargement...
Simulation

Sujet AIR: Il a construit un simulateur B-25 Mitchell.

André LeFrançois a construit un simulateur grandeur nature du bombardier américain North American B-25 Mitchell. Photo: Jean-Pierre Bonin   André LeFrançois est un passionné d’aviation. Celui-ci a entrepris il y a 2 ans la construction d’un simulateur du célèbre bombardier américain North American B-25 Mitchell. Retraité depuis 12 ans, André a travaillé pendant de nombreuses années chez GEC Alstom, à titre de responsable du service ingéniérie, division disjoncteurs haute tension destinés au réseau d’Hydro-Québec. Il a de plus obtenu sa licence de pilote privé en 1967 à l’aéroport de Cartierville et pilote encore à l’occasion.
En premier lieu, parlons de la vraie légende, le North American B-25 Mitchell. Celui-ci fut le plus construit de tous les bombardiers américains de la Deuxième Guerre mondiale. Au total, 9816 copies furent livrées à l’UAF. Ce Bombardier tactique à moyen rayon d’action entra en service en 1941. Certains exemplaires volent encore aujourd’hui. Pourquoi le B25? André nous a expliqué en entrevue pourquoi il a choisi le B25;« Je voulais un avion assez simple, mais qui vol vite.  Le Cessna était beaucoup trop lent.  Avec ses deux moteurs Wright R-2600-13 Double-Cyclone, 14 cylindres de 1700 chevaux et une vitesse de croisière de 250 MH, le B25 répondait exactement  à mes critères de pilote virtuel! »

Une conception unique. Le simulateur a été entièrement construit à la main, aucune pièce originale n’a été utilisée. La structure est presque terminée. Il ne reste que quelques détails comme les sièges à fignoler.  Pour ce qui est de la programmation des nombreux systèmes de l’avion, il reste encore beaucoup à faire. Néanmoins, la programmation des différents systèmes avec Flight Simulator 2004 avance très bien.

Combien ça coûte?

Lorsqu’on demande à notre passionné combien lui a coûté ce joujou, il nous répond par la phrase suivante; « Énormément d’heures, mais moins de 10,000 $ ». Il explique qu’il a utilisé une panoplie de matériaux facile à trouver à la quincaillerie du coin pour construire ce magnifique simulateur.  L’investissement fut surtout au niveau des écrans cathodiques et de l’ordinateur semble-t-il.  Pour les cadrans et les instruments de bord, des trous ont été percés dans la planche de bord. Cela laisse place à des cadrans virtuels.  Une solution simple et peu couteuse. Pour les vues extérieures, un projecteur a été testé, mais cette solution a le défaut selon notre concepteur en herbes de prendre beaucoup de place. André projette donc de se procurer un écran de 42 pouces et de l’attaché à l’avant de la cellule. Cette approche sera beaucoup moins encombrante et aura l’avantage de donner des images plus claires.

Utiliser le virtuel pour financer la restauration de vrai avion.

Le logiciel d’extension du North American B-25 Mitchell qu’utilise André a été conçu par le musée MAAM http://www.maam.org/ qui est situé aux États-Unis. Celui-ci fonctionne exclusivement sur FS2004.  Le musée offre aussi d’autres logiciels comme celui du DC-3. Les responsables de l’endroit ont eu la bonne idée de développer des logiciels pour financer une partie de la restauration des vrais avions du musée.  Le logiciel du B25 peut donc être téléchargé pour 25$ US au : http://www.maam.org/php/xcart/FLIGHT-SIMULATOR-p-1-c-256.html

Laisser un commentaire