Chargement...
Simulation

Super Guépard; un ULM gratuit pour FSX et P3D

L’avion idéal pour se familiariser avec le pilotage d’un l’ultraléger avancé.

Il est dommage de constater que l’ultraléger est une catégorie d’avion sous représentés dans Flight Simulator X et P3D. À la recherche de nouveauté, j’ai donc été surpris récemment de faire une si belle découverte sur le web. Voici le compte rendu de mon test.



Machine de test : Windows Vista 64 bits SP-2, Intel Core 2, Quad PCU Q6600@2,4 GHz, 4.0 GB RAM, Carte Nivdia GeForce 9800 GTX +

Dans le réel, le Super Gépard 912 est fabriqué en France par la société Aéro Services. Il s’agit d’un ultraléger avancé. Virtuellement, l’avion est disponible en téléchargement gratuit sur le populaire site http://www.rikoooo.com/fr/ . Le Super Guépard est idéal pour les pilotes virtuel ou réel qui aimeraient se familiariser avec le pilotage d’un avion ultraléger avancé et voici pourquoi.

Déjà content d’avoir trouvé un ULM, c’est donc sans attentes que j’ai lancé l’installateur automatique permettant de faire apparaître le petit félin dans mon hangar virtuel de Flight Simulator X. Une fois installé derrière mon ordinateur, j’ai sélectionné l’ULM dans mon hangar pour débuter ma visite pré vol virtuel. D’ailleurs, à ce propos, l’auteur de l’« adon », Patrick Le Luyer a eu la bonne idée d’inclure un document de référence très bien conçu et une check-list très utile avec son logiciel. Cela est assez rare pour un gratuiciel, mais très apprécié des
utilisateurs.

Pour des images sur Youtube:

Une visite du cockpit 3D vous fera découvrir une planche très épurée dotée de l’ensemble des instruments nécessaire au pilotage et à la navigation. L’avion est motorisé par un Rotax 912 S et tous les cadrans qui s’y rattachent sont présentés. Par exemple, les deux « switchs » de magnétos traditionnels à ce genre de motorisation sont totalement fonctionnelles. Pour le reste, vous y retrouverez un GPS qu’on peut agrandir en un clic, un compensateur très accessible, et des freins à poigner qui fonctionne aussi sur un clic de souris. Veuillez noter que l’anémomètre est en km/h. Cela est typique des avions de ce type fabriqués en Europe. Attention, le petit chaton décroche donc à 65…km/h et non 65 nœuds! En gros, les textures et le graphisme intérieur sont moyens, mais les équipements présentés compensent largement cette petite lacune puisqu’ils sont très réalistes.

Déjà conquis, j’avais hâte de démarrer le moteur, mais avant fallait encore faire le tour de l’extérieur de l’avion. Le graphisme extérieur, pour sa part, est très détaillé et très beau. Tout est présent et articulé, même un pilote animé sur le siège du commandant.

La mise en route est conforme au démarrage d’un Rotax. D’ailleurs le son est très réussi et l’ensemble des jauges fonctionne. Le lâcher des freins se fait sur le manche et le roulage qui s’en suis s’effectuera facilement à faible vitesse. L’avion est doté d’un train classique où la roulette de queue est conjuguée aux palonniers. La maniabilité du Super Guepard au sol par conséquent excellente, le rayon de virage sont très courts.

Le décollage est typique d’un ultraléger motorisé par un ROTAX de 100 hp, il faut même réduire les gaz pour éviter la survitesse tellement ça monte rapidement. En faisant quelques circuits, je découvre rapidement toute la beauté de ce logiciel d’extension. Il très réaliste au pilotage. Les vitesses de manœuvre sont fidèles au manuel de référence. Vous trouverez d’ailleurs toutes les vitesses de références dans la tablette accessible depuis le tableau de bord en cliquant sur l’icône (sous le GPS).

Lors des virages et des changements d’altitude, la première chose qui frappe est l’obligation de piloter aux pieds. Ici, impossible de coordonner vos virages sans pousser sur vos palonniers. Cela est une caractéristique intrinsèque très répandue avec les ultralégers évolués. Voilà donc une opportunité pour les pilotes virtuels ou réels qui aimeraient se familiariser avec ce type d’avion. Un ULM ne se pilote pas comme un Cessna ou un Piper et la beauté de ce logiciel est qu’on voit nettement la différence entre l’ULM et le certifié! D’ailleurs, petit conseil pour un essai dans la vraie vie, je vous recommande d’être avec un instructeur avant de tenter l’expérience.

En résumé, ce logiciel est idéal pour les pilotes qui aimeraient découvrir la différence entre un avion ultraléger et un avion certifié. L’avion est simple à installer et utiliser et son pilotage est
réaliste. La visibilité est excellente ce qui en fait un avion idéal pour voler bas et découvrir du pays. Une belle surprise à se procurer absolument pour vos prochains vols locaux….Virtuels. Bon vol à tous les pilotes virtuels!

 

Laisser un commentaire